DGM Veron Grauer - Société de déménagement à Genève - VOTRE DÉMÉNAGEUR À GENÈVE DEPUIS 1867 - Le bouche-à-oreille fait des merveilles

Le bouche-à-oreille fait des merveilles

Déménager, c’est déposer son univers émotionnel entre les mains d’un tiers pour qu’il le déplace d’un point à un autre. Confiance et respect mutuels sont indispensables. Reprise en 1996 par Rolf Haener, l’entreprise de déménagement DGM Veron Grauer SA soigne sa réputation sans ostentation. L’absence de publicité est la meilleure preuve que ses prestations sont appréciées: y a-t-il en effet meilleur prescripteur que le bouche-à-oreille?

Qui ne connaît les camions jaunes aux lettres rouges qui, depuis 1867, sillonnent les routes pour vous accompagner dans votre installation dans un nouveau chez-vous ou pour assurer l’envoi à l’étranger de la production industrielle suisse? Quand Danzas décide, au milieu des années 1990, de recentrer sa filiale Veron Grauer sur le métier de transitaire, Rolf Haener, cadre au sein de la société, rachète le secteur du déménagement et du garde-meubles. DGM Veron Grauer SA est né.
Canton international, Genève vit au rythme des arrivées et départ des expatriés. Si la «saison des transferts» revient chaque été, les mois écoulés ont été plus chargés qu’à l’habitude en raison du rattrapage du gel des arrivées et départs durant 18 mois pour cause de Covid. A l’instar de son équipement hôtelier digne d’une ville bien plus grande, Genève compte plus de déménageurs que sa taille ne l’exigerait.

La qualité se voit

Le budget publicité de DGM Veron Grauer SA est d’une modestie toute calviniste. «Les clients satisfaits sont notre meilleur atout. Ils reviennent et nous amènent d’autres mandats», explique Michel Haener. «Ce que vous donnez, la vie vous le rendra», assure son frère, Fabio Haener, directeur logistique. Cette philosophie se traduit par la recherche de qualité dans les prestations et dans les relations avec les trente-cinq employés de l’entreprise. «Nos clients ont affaire à des collaborateurs heureux et cela se voit. La satisfaction passe aussi par là», indique Michel Haener.

Des camions qui, depuis 1867, sillonnent les routes pour vous accompagner dans votre installation dans un nouveau chez-vous.

Des prestations emballantes

A côté des déménagements, DGM Veron Grauer SA a développé une expertise unique dans la fabrication de caisses sur mesure pour le transport de machines-outils et de mobiliers délicats, notamment pour le secteur horloger. Cette prestation de niche bénéficie de l’importante base industrielle romande orientée vers l’export.
En volume, l’activité de DGM Veron Grauer SA se répartit à raison d’un tiers chacun entre les déménagements internationaux, les déménagements dans le Grand Genève et les déménagements d’entreprises et de collectivités publiques. Ce dernier secteur a porté la société durant la pandémie, car les aménagements rendus nécessaires par le télétravail et les règles de distanciation, ainsi que la pose de séparateurs en plexiglas, ont pris le relais des transferts internationaux.

Une entreprise formatrice

Michel et Fabio Haener sont passés par l’apprentissage, avant de compléter leur formation en HEG et dans des entreprises tierces. L’expérience de l’apprentissage les a convaincus à leur tour de prendre des apprentis. Ils ont été plus loin, nouant un partenariat avec Genève Roule, grâce auquel DGM Veron Grauer SA amène des jeunes réfugiés au CFC.
Dans la mémoire collective, le nom de Veron Grauer reste associé à la préservation des œuvres du musée du Prado, à Madrid, durant la Guerre civile espagnole. Des Goya, des Greco, des Rubens ou des Vélasquez, confiés à la Société des Nations, furent emballés par l’entreprise pour leur périple de retour après la fin des hostilités. Le personnel genevois sera du voyage, pour s’assurer de l’intégrité des 400 tableaux et 128 caisses de tapisseries tout au long du trajet.

GROS PLAN

La succession est sur les rails

Un passage de témoin générationnel est en cours au sein de DGM Veron Grauer SA, le premier depuis que l’entreprise a acquis un caractère familial avec le rachat par Rolf Haener. Ce fils et petit-fils de transitaires bâlois, président et directeur délégué de la société, aura 70 ans en 2024. Il s’est donné comme objectif de passer le témoin à cette occasion.
L’enjeu n’est pas le transfert de la gestion quotidienne, largement réalisé, mais la transmission de l’outil de travail dans la préservation des intérêts des membres de la famille, y compris ceux qui ne travaillent pas au sein de DGM. Une réflexion accompagnée par des spécialistes est en cours.
S’appuyant sur les seize ans de maison de Fabio Haener et les dix ans de Michel, Rolf Haener envisage la relève avec sérénité. «Comme dans toutes les sociétés familiales, mes enfants ont commencé par des postes subalternes, pour apprendre et découvrir l’entreprise», explique-t-il. «Aujourd’hui, je suis fier d’avoir réussi à maintenir la qualité associée au nom de Veron Grauer et d’avoir deux fils qui me succèdent».
Michel et Fabio devront faire face à la hausse importante des coûts du matériel d’emballage, comme du fret, et à la rareté des conteneurs. Conscients de leur empreinte écologique, Ils se sont déjà lancés dans un programme d’élimination du plastique sous toutes ses formes, feuilles à bulles, scotch, emballages divers, afin d’améliorer l’écobilan de leurs activités. Le pas suivant en matière de durabilité sera de remplacer la flotte de camions par des véhicules non polluants. «Comme l’ensemble du transport routier, nous attendons l’arrivée des camions à hydrogène pour investir», indique Michel Haener.